Now Reading:
Bahati Lukwebo disposé à travailler avec l’Administration Félix Tshisekedi
Full Article 3 minutes read

Bahati Lukwebo disposé à travailler avec l’Administration Félix Tshisekedi

« Nous ne sommes pas dans l’Opposition. Nous sommes dans la Majorité parce que nous entendons travailler avec le Chef de l’État, Son Excellence Félix Antoine Tshilombo et avec le Premier ministre Sylvestre Ilunga. Donc, nous ne serons pas dans l’Opposition. Nous serons dans la Majorité », annonce Modeste Bahati Lukwebo après que le Front commun pour le Congo (FCC) ait constaté son « auto-exclusion », du fait du maintien de sa candidature à l’élection du président du Sénat. 

Invité de la rédaction de TOP CONGO FM, ce jeudi 11 juillet, il souligne que « la Majorité parlementaire comprend aujourd’hui trois composantes dont le FCC, le CACH et la composante AFDC et alliés, qui n’est pas n’importe qui. À trois, nous allons former le gouvernement ».

Conquérir la présidence du Sénat 

Modeste Bahati Lukwebo compte d’abord sur ses « 145 élus dont 44 députés nationaux, 70 députés provinciaux, 2 gouverneurs de provinces et 7 vice-gouverneurs », et ensuite sur les autres pour être élu à la tête du Sénat. 

Avec eux, « nous irons jusqu’au bout par la volonté de la base, mais également de la Conférence des chefs des partis du regroupement AFDC et alliés. Nous allons jusqu’au bout, jusqu’à conquérir le perchoir du Sénat et nous allons le conquérir ».

Thambwe et Boshab, choix de Kabila

Modeste Bahati Lukwebo qui avait initiatelement déclaré qu’il soutiendra la candidature du FCC au Sénat, qui qu’elle soit, indique que celle d’Alexis Thambwe Mwamba, comme président du Sénat, et celle d’Evariste Boshab comme premier vice-président « n’ont jamais été discutées au préalable. Dans quelle réunion? ».

Par contre, « c’est le coordonnateur qui est venu un jour pour dire voilà l’Autorité morale a décidé que ce soient Alexis Thambwe Mwamba et Evariste Boshab, alors qu’il avait  dit que les décisions viennent toujours du bas vers le sommet, jamais du sommet vers le bas. Mais ici c’est le contraire ».

Modeste Bahati Lukwebo dénonce donc « des règlements des comptes, un manque de considération et une injustice flagrante. Nous avons été objet d’un traitement discriminatoire » alors que « le FCC dont on parle aujourd’hui comme ayant une Majorité écrasante est l’apport de tout le monde, y compris de l’AFDC et alliés. N’oubliez pas que nous apportons un poids important au FCC ».

Mettre fin aux méthodes staliniennes 

Le groupe d’élus restés au FCC soutenant la candidature d’Alexis Thambwe Mwamba « n’a pas qualité d’engager le regroupement à quelques niveaux que ce soit. Nous sommes régis par les textes. Ceux qui engagent le regroupement sont connus, sont enregistrés au ministère de l’Intérieur et leurs noms sont publiés au Journal officiel. Les méthodes staliniennes, il faut y mettre fin ».

Et surtout que « tous se sont présentés aux élections avec l’étiquette AFDC et alliés. C’est moi qui ai payé leur caution, y compris Steve Mbikayi, tout en étant ministre, mais c’est moi qui ai payé sa caution comme candidat député national. J’ai payé également pour tous les candidats proposés par le Parti travailliste ».

En clair, « s’il décide de se détacher du regroupement, il doit en tirer les conséquences. La loi est claire. Si vous quittez votre regroupement ou votre parti politique, vous perdez le mandat. C’est le prix de la trahison. On sait d’où ça vient. On cherche à nous affaiblir ».

Quoi qu’il en soit, « nous sommes déterminés. Nous travaillons pour l’intérêt de la population. Nous avons beaucoup d’appuis. J’invite les amis à écouter aussi l’opinion. Il ne faut pas qu’ils se renferment sur eux-même. Lopinion aujourd’hui est avec nous ».

Par Barick Bwematelwa

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({ google_ad_client: "ca-pub-6489359758737905", enable_page_level_ads: true }); " alt="ads" />