Now Reading:
Sortie du centre de traitement de l’épouse et la fille de l’orpailleur décédé d’Ebola (Goma)
Full Article 3 minutes read

Sortie du centre de traitement de l’épouse et la fille de l’orpailleur décédé d’Ebola (Goma)

Les deux cas d’Ebola pris charge au centre de traitement de l’hôpital provincial du Nord-Kivu ont été déchargés de cette épidémie ce mardi 13 août à Goma.
Il s’agit de l’épouse et de l’enfant de l’orpailleur en provenance de l’Ituri et qui a été détecté positif le 30 juillet à Goma.
La cérémonie de leur libération du CTE [centre de traitement d’Ebola] a eu lieu dans l’enceinte de cet hôpital en présence de plusieurs personnalités dont le Carly Nzanzu Kasivita, gouverneur du Nord-Kivu, et du secrétaire technique du comité multisectoriel de riposte contre Ebola, professeur Dr Jean-Jacques Muyembe Tamfum.
Les équipes de la riposte sont chargées de faire le suivi de ces deux personnes guéries pour leur niveau d’intégration au sein de la communauté.
Renforcement de la surveillance aux portes d’entrée de Goma
« Nous allons renforcer nos équipes de surveillance et de communication de sorte que si on a un contact qui développe encore de symptômes, qu’il soit vite détecté et amené en isolement. Nous allons également protéger la ville de Goma par une surveillance aux portes d’entrée. Les gens qui viennent de Beni, de Butembo… doivent vraiment faire l’objet d’examen minitieux », a révélé professeur Jean-Jacques Muyembe Tamfum.
Qui assure également que « le vaccin a joué sans doute aussi un rôle car la pluplart de contacts ont été vaccinés. Nous sommes en train de suivre environ 200 personnes mais tous se portent bien. Nous attendons la fin de la surveillance qui va jusqu’au jour 21, aujourd’hui nous sommes au jour 13, pour pouvoir dire que nous avons gagné ».
Ebola: Deux médicaments très efficaces identifiés

« Les coauteurs d’un essai thérapeutique effectué en République démocratique du Congo (RDC) concernant la maladie à virus Ebola ont annoncé des progrès qui offriront aux patients de meilleures chances de survie. Deux des quatre médicaments testés sont plus efficaces pour traiter la maladie à virus Ebola. Dorénavant, ce seront les seuls médicaments que les futurs patients recevront »
, peut-on lire sur le site web de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
« Les deux traitements mAb114 et REGN-EB3 sont de molécules que nous allons utiliser d’après les résultats qu’on a obtenus jusqu’à maintenant en raison de leur efficacité », se réjouit le secrétaire technique du comité multisectoriel de la riposte.

Cette initiative de l’OMS, poursuit le site, est le « tout premier essai randomisé contrôlé destiné à évaluer l’innocuité et l’efficacité de quatre médicaments utilisés pour traiter des patients atteints de maladie à virus Ebola ».
« Initialement conçu comme une étude sur plusieurs flambées et dans plusieurs pays, l’essai PALM (« Together save lives ») a été lancé en novembre 2018. Il entre dans le cadre de la riposte d’urgence en RDC, en collaboration avec une large alliance de partenaires, dont l’Institut national de recherche biomédicale (INRB), le ministère de la santé, le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) – l’un des instituts nationaux des États-Unis d’Amérique pour la santé – l’ Alliance for International Medical Action (ALIMA), Médecins sans Frontières (MSF), l’International Medical Corps (IMC) et d’autres organisations », précise l’OMS.   

Qui annonce vouloir « continuer à collaborer étroitement avec les ministères de la santé de la RDC et des pays voisins et avec d’autres partenaires internationaux pour que la riposte reste ferme et bien coordonnée ».

« Nous continuerons à mener des travaux de recherche rigoureux et à en prendre en compte les résultats dans la riposte, dans le cadre de diverses stratégies de prévention et de lutte », précise l’OMS. 

Alain Tshibanda

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.