Now Reading:
Makala est une commune urbanisée mais non aménagée (Bourgmestre)
Full Article 3 minutes read

Makala est une commune urbanisée mais non aménagée (Bourgmestre)

« La commune de Makala est urbanisée, mais non aménagée », affirme son bourgmestre.

Invité du Magazine Le Débat en live et en public, Moussa Abdoul Razac rappelle que la commune de Makala « regorge 18 quartiers, 244 rues, toutes non asphaltées, a obtenu sa personnalité juridique le 30 mars 1968 et 400 mille habitants y vivent. Aucun marché officiel et n’a que des marchés pirates. Un seul terrain de football et aucune aire de jeu. Deux députés seulement, national et provincial ».

13ème bourgmestre, Moussa Abdoul Razac avoue que Makala est « une commune dortoire ».

57 mille dollars pour 400 mille âmes 

Le bourgmestre révèle que son budget est de « plus de 57 000 dollars américains pour 400 000 habitants. J’ai trouvé moins de 50 000 dollars. Je n’ai pas le chiffre exact en tête. Donc, 20% du budget du fonctionnement de la commune ».

Il déplore le fait que « la rétrocession arrive de manière rare et ponctuelle pour, en principe le budget d’investissement. Mais cet argent est souvent affecté à autres choses, selon la demande de l’autorité urbaine ». 

Mais déjà, « les taxes d’étalage font 180 000 francs par jour au moins. Il y a aussi des recettes non fiscales, avec au moins 2 mariages par mois ».

Raison pour laquelle le bourgmestre annonce « une tribune d’expression populaire pour élaborer, avec les forces vives, le budget participatif de la commune piloté par le Comité de réformes des recettes publiques. (COREF). À cette occasion, une fois par an, la population pose ses questions directement au bourgmestre ».

Le bourgmestre n’habite pas sa commune


« Je n’habite pas la commune de Makala parce qu’il n’y a pas de résidence de bourgmestre. Mais, cela ne veut pas dire que je ne vais pas développer cette commune »
, dit Moussa Abdoul Razac.

Expliquant l’origine du nom Makala, charbon en français, mais qui signifie cris d’allégresse ou de joie en Kiyumbu, le bourgmestre refuse de croire à une poisse qui découlerait de la mauvaise interprétation de son nom.

Kin Bopeto difficilement applicable 


« Opération Kin Bopeto, initié par le gouverneur de la ville pour assainir la ville, exige le respect des caractéristiques et spécificités de chaque commune »
, rappelle-t-il.

« Nous sommes un site érosif et inondable. Assainir la commune de Makala n’est pas possible. Au lieu de balayer, nous avons besoin des moellons et de terre jaune. Même pour faire l’assainissement avec une brouette, c’est difficile. Notre problème, c’est la lutte contre les érosions »
, précise-t-il. 

Réunion  de sécurité annoncée 

Suite aux plaintes de ses administrés qui font face aux agents de sécurité non apparents, communément appelés bureau 2, le bourgmestre, tout en reconnaissant que « chaque police a des services non apparents », il annonce que « nous allons faire une réunion de sécurité pour trouver des solutions ».

Et de rassurer: « les dispositions seront prises pour lutter contre l’insécurité ».

Quid du bilan

À la tête de la commune depuis 11 ans, « je ne suis pas encore fin mandat pour faire mon bilan. Mais, j’ai clôturé la maison communale, j’ai construit la salle des réunions. J’ai réhabilité le bureau et construit le bureau du quartier Malala. J’ai construit une passerelle », se félicite-t-il.

Moussa Abdoul Razac se considère comme « proche de la population », bien que ses administrés pensent le contraire.

Barick Bwematelwa

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({ google_ad_client: "ca-pub-6489359758737905", enable_page_level_ads: true }); " alt="ads" />