Now Reading:
Les médecins de Butembo suspendent la grève décrétée lundi 12 aout
Full Article 2 minutes read

Les médecins de Butembo suspendent la grève décrétée lundi 12 aout

La décision annoncée ce mardi 13 août fait suite, dit le communiqué conjoint des médecins de Butembo et du Nord-Kivu, à l’assurance donnée par les autorités politico-administratives et judiciaires, qui ont accédé à certaines de leurs revendications.


Ces médecins sollicitaient de meilleures conditions pour leurs confrères arrêtés dans le cadre de l’enquête sur le meurtre, en avril dernier, de Richard-Valery Mouzoko, épidémiologiste camerounais qui travaillait, pour le compte de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à la riposte contre Ebola dans la zone.


« Nous notons des avancées significatives. Les conditions de liberté provisoire et/ou de résidence surveillée sont définies et mises en marche, le confrère malade a été transféré dans un hôpital de la place où il a commencé à bénéficier des soins », dit le communiqué lu par le docteur Barry Katembo Mukwarari, président du conseil provincial de l’ordre des médecins.
« Une équipe de suivi » est mise en place « pour la matérialisation de la promesse de mise en liberté provisoire et/ou de la résidence surveillée », préviennent par ailleurs les médecins.


Ils demandent enfin aux autorités de faire diligence pour l’organisation du procès afin de clarifier les choses dans un délai raisonnable.
Au total, 52 personnes sont aux arrêts dans le cadre de cette enquête bouclée depuis le jeudi 8 août dernier, soit près de 4 mois en rapport avec l’attaque fatale des cliniques de l’Université catholique de Graben à Butembo, laquelle avait coûté la vie au médecin camerounais Richard Valery Mouzoko Kiboung, coordonnateur de la riposte à l’épidémie à virus Ebola dans l’aire de santé de Mutsanga.


Parmi les prévenus, figurent  24 présumés combattants Maï-Maï et 4 médecins congolais, 3 d’entre eux sont présumés commanditaires et auteurs moraux de ce meurtre, un autre suspect est en fuite et activement recherché par la justice militaire.


Eric Lukoki

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.