Now Reading:
« L’équipe nationale n’a reçu aucun centime de l’État pour se préparer et arriver à Yaoundé » (Omari)
Full Article 2 minutes read

« L’équipe nationale n’a reçu aucun centime de l’État pour se préparer et arriver à Yaoundé » (Omari)

« Salut les amis. C’est très gentil de leur souhaiter une bonne chance pour le match de tout à l’heure. Juste vous informer que ces héroïnes ont commencé leur préparation jusqu’au voyage et leur séjour au Cameroun sans un centime du gouvernement. Vous pouvez mesurer les difficultés que nous rencontrons. Rien, alors rien n’a été débloqué quoique leurs dossiers étaient déjà introduits à l’époque du Mininistre Lisanga », a fait savoir Constant Omari.

C’est sans subventions de l’État que les Léopards seniors football dames ont réussi à se rendre à Yaoundé, où elles vont affronter ce jeudi les lionnes indomptables du Cameroun (15h30′, heures de Kinshasa), pour le compte de la manche aller du 3ème tour des éliminatoires des jeux olympiques, Tokyo 2020.

Une nouvelle rendue publique par le président de la Fédération congolaise de football association (FECOFA) qui intervenait dans un forum où le sujet du match était évoqué.

Le football dame congolais à la traîne

Ce n’est pas la première fois que les dames de l’équipe nationale subissent un tel traitement. Déjà, lors du tour précèdent et après 12 jours d’internement, elles avaient reçu chacune une modique somme de 20 dollars américains [soit pratiquement 32 000 francs congolais] seulement après avoir gagné, par forfait, leur double confrontation face aux équato-guinéennes qui n’avaient jamais effectué le déplacement de Kinshasa en août dernier.

Lors de cette rencontre, qui n’avait jamais eu lieu suite à ce forfait de l’équipe de Guinée équatoriale dans le cadre de la dispute de l’acte 1 de ladite double confrontation, l’État n’avait débloqué aucun sous en faveur des dames seniors.

Aux fins de savoir pourquoi ce genre de pratiques en défaveur suicidaire pour le football féminin, le président de la FECOFA pointe du doigt le ministère des sports.

« Je crois qu’en vous livrant cette information, vous devriez plutôt comprendre ma colère que chercher à philosopher. Si nous avions croisé les bras, ces filles auraient déclaré forfait. Allez au ministère,  ils sont mieux placés pour vous fournir les informations », s’est-il énervé.

Qui « pense avoir été plus clair. La FECOFA a introduit ces dossiers depuis avant les trois clubs qui ont joué le week-end passé mais hélas rien à ce jour », déplore-t-il.

De l’avis de certains analystes sportifs, l’avenir du football féminin de RDC est sombre. « Un tel traitement tue à petits feux ce football qui, pourtant, passionne plusieurs jeunes filles », regrette-t-on. 

Jonathan MASIALA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({ google_ad_client: "ca-pub-6489359758737905", enable_page_level_ads: true }); " alt="ads" />