Now Reading:
« Le sénateur Bahati manipule l’opinion avec de fausses informations » (Rachidi Bukanga)
Full Article 2 minutes read

« Le sénateur Bahati manipule l’opinion avec de fausses informations » (Rachidi Bukanga)

« Nous avons l’avantage de connaitre la politique du sénateur Bahati consistant à se victimiser et à manipuler les gens avec des fausses informations. Tout le monde sait qu’il y a une différence entre l’AFDC comme parti politique et l’AFDC-A qui est un regroupement politique constitué de 31 partis politiques », explique le député national Rachidi Bukanga Ruben, un de cadres de ce regroupement qui réclame leur loyauté.
Rachidi Bukanga Ruben soutient que le regroupement politique est « une coalition des partis politiques et non une propriété de quelqu’un » qui, « contrairement à ce que les acolytes de Bahati racontent, n’a pas une personnalité juridique. C’est un fait-privé qui peut changer de représentant ou qui peut se dissourdre à tout moment, en fonction de ses intérêts ».
Et de préciser que « dans le cas d’espèce, c’est le sénateur Bahati qui a été remplacé par l’honorable Ilunga Nkulu Nene à la tête de l’AFDC-A. Nous n’avons donc pas quitté notre famille politique le FCC, sous la conduite de notre autorité morale, le camarade Joseph Kabila Kabange ».Rachidi Bukanga Ruben indique que « cette fois-ci, le sénateur Bahati ne saura pas manipuler le premier ministre, moins encore le président de la République. Le pouvoir pour le pouvoir, que le sénateur Bahati cherche, n’a pas de sens. Il lui faudra observer les principes qui dirigent la moralisation de la vie politique, notamment le respect des engagements, la fidélité et la transparence ».
L’aile Bahati confirme sa marche de jeudi

L’AFDC-A confirme la tenue de sa marche pour ce jeudi après autorisation de l’hôtel de ville pour réclamer « sa participation au gouvernement Ilunga du moment que le poids poltiique qu’il a aujourdr’hui, à savoir 44 députés nationaux, 70 députés provinciaux, 13 sénateurs, 2 gouverneurs, 7 vice-gouverneurs et beaucoup de membres des bureaux des assemblées provinciales, on ne peut pas laisser pour compte tout ce poids politique et ne pas participer à ce gouvernement », explique, pour sa part, Bellarmin Byamungu.
À travers cette marche, l’AFDC-A « réclame qu’on puisse abandonner tout schéma visant son dédoublement », précisant l’itinéraire qui partira du siège de ce regroupement politique vers sur l’avenue de libération (ex 24 novembre) pour chuter au niveau de l’Hôtel du gouvernement, en passant par le carrefour Mandela.
Alain Tshibanda

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.