Now Reading:
La commission électorale de l’UDPS exige un poste au sein du gouvernement Ilunga
Full Article 3 minutes read

La commission électorale de l’UDPS exige un poste au sein du gouvernement Ilunga

Alors que le Front commun pour le Congo (FCC) et la Cap pour le changement (CACH) travaillent à l’achèvement des listes des ministrables retoquées par le premier ministre Sylvestre Ilunga, à l’UDPS, on ne s’accorde toujours pas sur ceux qui devront représenter l’actuel parti présidentiel dans le prochain premier gouvernement de l’ère Félix Tshisekedi.
La commission électorale permanente (CEP) du parti présidentiel accuse le secrétaire général Augustin Kabuya de ne pas l’avoir associée dans les discussions en vue de l’établissement de la liste des candidats ministres de cette formation politique.
« Ce que le secrétaire général a officiellement annoncé ce que la CEP avait un quota d’un ministre et qu’il avait consulté, plus ou moins, chaque structure et que chaque structure s’est réunie pour désigner ces candidats. On a tout simplement constaté que cette même opération ne s’est pas réalisée avec la CEP. C’est cela qui constitue l’inquiétude. On ne peut pas dire que c’est un ministère de la CEP et aller au sein de la CEP désigner qui on veut »
,  dénonce sur TOP CONGO, Jean Claude Tshilumbayi, secrétaire rapporteur de CEP.
« Nous pensons que la hiérarchie et du parti et du pays, tiendra compte de cette susceptibilité là », pointe-t-il, avant de rappeler que « la CEP, à sa dernière plénière, avait à l’unanimité, désigné maitre Jacquemain Shabani comme candidat ministre pour son compte. Nous pensons seulement que la volonté de la plénière de la CEP devra être respectée ».

Pas de démarches auprès de l’exécutif du parti

« Au niveau de la CEP, nous avions une instruction claire. Aucun membre de la CEP n’avait le droit d’aller mener des démarches parallèles. Nous nous sommes adressés à l’autorité [morale Félix Tshisekedi]. Notre correspondance avait également été adressée au secrétaire général du parti. Nous attendons »
, indique Jean Claude Tshilumbayi avant de lâcher une métaphore sportive 

« En fait, le président c’est lui le sélectionneur, c’est lui le coach, il connait ses joueurs. Lorsqu’il aura pris sa décision, nous devrions, volontiers, nous incliner ».
Dans une récente correspondance signée de son président, Jacquemain Shabani, la CEP qui se revendique « pivot central de la stratégie pour la victoire historique de l’UDPS » aux dernières élections, estimait en effet « qu’il ne reste plus qu’au chef de l’Etat pour jouer aux équilibres nécessaires en vue d’une répartition juste du quota réservé à l’UDPS ».
Eric Lukoki 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.