Now Reading:
J’ai encore beaucoup à donner à la population du Sankuru (Mende)
Full Article 3 minutes read

J’ai encore beaucoup à donner à la population du Sankuru (Mende)

« L’engouement de la population ne s’est pas démenti à cet accueil, en ce début de mon séjour des vacances parlementaires. Il y a longtemps que je suis venu en vacances parlementaires. Je pense que nous avons encore beaucoup à apporter à cette population, qui a mis son espoir en moi et à mon colistier, l’honorable Marc Lombaku qui m’accompagne, parce qu’ils nous donnés deux sièges lors des dernières élections », s’est réjoui ce vendredi 2 août sur TOP CONGO, Lambert Menden, élu de Lodja.

« Je suis un homme comblé à la suite de cet accueil que j’ai reçu à Lodja, qui est la circonscription éléctorale de Lodja, qui est la plus importante dans la province du Sankuru », poursuit l’ancien ministre de la communication et médias. 

Échec du candidat Mende au gouvernorat: une inconséquence politique des députés provinciaux FCC et la main noire du CACH

« L’échec de la liste du FCC que je conduisais à l’élection gouvernorale du Sankuru est du à l’inconséquence politique d’un certain nombre des députés provinciaux. Je les ai dénoncés d’ailleurs au cours de mon adresse à la population. Et comme je l’ai dit à Lusambo, immédiatement après le scrutin, il ne m’appartient pas à moi de tirer les conséquences de cette inconséquence politique », relève le président national de la Convention des congolais unis (CCU).

Pour Lambert Mende, « il appartient aux électeurs de tirer les conséquences de cette infidélité de la part de ceux auxquels ils ont donné leurs voix et qui ne les ont pas méritées. Il appartient à l’autorité morale du Front commun pour le Congo de tirer les conséquences de cette inconséquence des personnes qui, peut-être par goût du lucre, se sont décidées à passer outre le mot d’ordre qui leur a été donné, parce qu’à part 8 députés provinciaux qui ont été dans la ligne droite donnée du mot d’ordre donné par l’autorité morale du FCC, plus de 11 députés sont passés outre pour des raisons immorales ».

« Il appartient à la population [de tirer les conséquences] qui leurs a donnés un mandat, parce qu’on ne leur a pas dit d’aller voter un gouverneur CACH. On leur a dit d’aller voter un gouverneur FCC. C’est un cas type de détournement de mandat et le seul d’ailleurs dans toutes les provinces congolaises », déplore Lambert Mende.

Dans son viseur, l’élu de Lodja ne s’est pas privé d’envoyer un missile à peine voilé vers l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti duquel est sorti l’actuel chef de l’État, Félix Tshisekedi.

« Et vous avez vu comment le CACH s’était agité lorsqu’à Mbuji-Mayi, des députés provinciaux se sont écartés de la ligne et ont voté des sénateurs FCC, au lieu de voter ses sénateurs CACH », tance-t-il.
Et de conclure « que ce n’est pas la fin du monde. La page est tournée. Je me suis décidé à me consacrer pleinement à mon mandat de parlementaire à l’Assemblée nationale pour la circonscription de Lodja ».

La province du Sankuru était la dernière des 26 que compte la RDC où l’élection du gouverneur n’avait pas encore été organisée. Le samedi 20 juillet dernier, après plusieurs reports, le scrutin avait finalement eu lieu. Sous sanction de l’Union européenne (UE), l’ancien ministre a été battu par Joseph-Stéphane Mukumadi, un indépendant ayant obtenu 17 voix sur les 25 exprimées par les députés de l’Assemblée provinciale, paradoxalement FCC en majorité.

Alain Tshibanda

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.