Now Reading:
Impayés depuis 27 ans, des agents de la CFUF font les champs pour leur survie
Full Article 3 minutes read

Impayés depuis 27 ans, des agents de la CFUF font les champs pour leur survie

Les agents de la Société des Chemins de fer des Uélé-Fleuve (CFUF), qui accusent 27 ans d’arriérés de salaire, ont choisi de jeter leurs dévolus aux activités champêtres, a fait savoir à TOP CONGO, dimanche 7 juillet, Atombe Ngwegi, président de la délégation syndicale de cette société.

Ils sont environ 2 500 agents qui n’ont plus touché leurs salaires, ni indemnités de sortie depuis 1992. Parmi ces agents, certains ont vieilli et d’autres meurent les uns après les autres sans qu’ils soient honorés à travers la paie de retraites.

D’autres sont décédés quasiment à la suite de la précarité et le manque des soins, déplore le syndicaliste qui dénonce également « l’abandon d’une des épines dorsales de l’économie congolaise ».

« Si cette société est en souffrance aujourd’hui, c’est l’Etat congolais qui l’a abandonné. […] C’est un chemin de fer qui est une épine dorsale de l’économie de la RDC avec un réseau de 1 026 Km et 6 000 Km des routes, hébergeant plus de 2 500 travailleurs, congolais et expatriés. […] C’est un outil de développement, longtemps performant. […] Dans son investiture le 24 janvier 2019, le président de la RDC en citant les infrastructures de base, a omis l’une des sociétés de chemin de fer, car selon Stanley, sans le chemin de fer, le Congo ne vaut pas un penny »
, argumente le syndicaliste Atombe Ngwegi.

Il plaide pour la relance des activités de cette société et accuse l’actuel comité de gestion, aux affaires depuis douze ans, « de faire n’importe quoi avec l’argent de la société ».

Atombe Ngwegi dit attendre la suite d’un mémo qu’il a déposé au chef de l‘État, réclamant notamment le limogeage du Directeur Général intérimaire de cette société ainsi que des poursuites judiciaires pour mégestion.  

Société en déliquescence

L’une des épines dorsales de l’économie congolaise jusqu’aux années 1990, la Société des Chemins de fer des Uélé-Fleuve n’est plus que l’ombre d’elle-même. Le trafic sur cette voie ferroviaire, longue de 1 026 kilomètres s’étendant de Bumba à Mungbere, est interrompu depuis 2000 à cause des vols répétés des attaches et buses métalliques.

Actuellement, son réseau se trouve dans un état de délabrement avancé. Dans certains endroits, on ne retrouve quasiment plus des rails. Les petites barres métalliques, destinées à fixer les rails au sol, sont pillées. Plusieurs députés et leaders locaux ont, à maintes reprises, appelé sans succès à sa réhabilitation.

Les chemins de fer des Uélé-Fleuve forment un réseau qui comprend des lignes partant du port fluvial de Bumba, à travers le Bas-Uele, à Mungbere en Haut-Uele, avec des branches vers Bondo, Titulé et Buta Ville. Ce réseau couvre cinq provinces à savoir la Mongala, Bas-Uele, Haut-Uele, Ituri et Tshopo.

Daco Tambikila

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.