Now Reading:
« Il y a des acquis pour la gratuité de l’éducation de base » (Société civile)
Full Article 3 minutes read

« Il y a des acquis pour la gratuité de l’éducation de base » (Société civile)

Réunis à Kinshasa, des experts de la société civile ont noté ce mercredi 14 août des acquis en rapport avec le processus de la mise en œuvre effective de la gratuité de l’enseignement de base sur l’ensemble du territoirenationa congolais.


C’est ce qu’a rapporté TOP CONGO, Serge Bondedi, cordonnateur de la campagne « École eza mombongo te », [traduit en français par « L’École n’est pas un commerce »].
« Nous sommes satisfaits d’un certain nombre d’acquis. Le premier est la mobilisation de la population qui attend de ferme pied d’envoyer les enfants le lundi 2 septembre gratuitement. Et du point de vue l’État congolais, nous avons l’engagement du président de la République qui tient à tenir sa promesse. Nous avons aussi les dispositions qui ont été prises par le ministère qui va piloter cette mise en œuvre de la gratuité », se réjouit le coordonnateur de « École eza mombongo te »

« Vous avez les deux outils essentiels [du ministère], le calendrier scolaire, en son point 7.2, qui place l’année 2019-2020 sous le signe de la gratuité. Et une instruction ferme a été donnée aux responsables de bureaux gestionnaires d’observer les mesures de la gratuité de l’éducation au niveau des écoles relevant de l’enseignement de base
« , poursuit-il. 

Serge Bondedi mentionne aussi « un deuxième outil, la circulaire du ministre qui a supprimé 4 frais notamment le bulletin, le frais de police d’assurance et les frais de minerval », saisissant l’occasion pour demander aux « parents [de ne] plus payer ces frais et être vigilants pour ne pas enrichir illicitement les responsables des écoles qui oseront demander ».


Les experts de la société civile rappellent également, au titre de ces acquis, « l’instruction du [président  de la République], depuis le 2 août par son directeur de cabinet, au ministre d’État en charge du budget de prendre en compte les dépenses liées à la gratuité de l’enseignement de base ».


« Ces trois instructions ont été données, indiquent-ils, une enveloppe de réajustement pour le salaire des enseignants au coût de 100$ le mois, donc l’enseignant le moins gradé, et à 50$ le mois pour le frais de fonctionnement aux écoles et bureaux gestionnaires ». 

La deuxième instruction du président de la République, rappelle enfin Serge Bondedi, a été donnée pour « le paiement de plus 15 000 enseignants non payés, qui sont estimés à 132 617 NP, sans oublier le paiement des indemnités de transport et de logement des enseignants de la ville de Kinshasa et de ceux des chefs-lieux de provinces, dont l’effectif s’élève au total à 51919 unités ».Lors de leur réunion à Kinshasa, les participants aux travaux préparatoires à la table ronde ont estimé à 2,9 milliards de dollars américains le budget pouvant permettre le financement de la gratuité de l’enseignement de base en RDC. 


Alain Tshibanda 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.