Now Reading:
Aucune audience de la chambre spéciale de la cour constitutionnelle.
Full Article 2 minutes read

Aucune audience de la chambre spéciale de la cour constitutionnelle.

Très attendues notamment sur les récents arrêts controversés de la Cour constitutionnelle, les audiences de rectification des erreurs matérielles de la Chambre spéciale prévues pour ce lundi 17 juin, n’ont pas démarré.
« Aucun extrait de rôle n’a été affiché, aucun juge n’était non plus visible à la Cour », a dit sur Top Congo FM, Me Willy Wenga, avocat au barreau de Kinshasa.

« Aucun extrait de rôle n’a été affiché, aucun juge n’était non plus visible à la Cour », a dit sur TOP CONGO FM, Me Willy Wenga, avocat au barreau de Kinshasa.

Des audiences très attendues.

  • Pour Jacques Djoli, du Mouvement de Libération du Congo (MLC), « la Cour doit dire le droit tel que consacré par la loi électorale et ses mesures d’application ».

Il estime que cette Chambre devrait « retirer tout simplement les arrêts iniques obéissant aux oukases d’une famille politique ».

  • « La correction des erreurs matérielles rentre dans le cadre d’un processus tout à fait normal à la Cour constitutionnelle », note Ferdinand Kambere du Front commun pour le Congo (FCC). 

Qui ne craint pas la ré-invalidation des élus FCC, « en tant que juriste et avocat, je ne peux commenter un dossier sans maîtrise des pièces y contenues ». 

Il rappelle que « des cas peuvent avoir des ressemblances tout en restant fondamentalement différents ».

  • Jean-Claude Katende de l’Association africaine de défense des droits de l’homme (ASADHO), à travers la Chambre spéciale, la Cour constitutionnelle devrait faire un travail conforme à la constitution et aux lois de la République, en ne validant que ceux qui doivent l’être. 

Il plaide également pour que « des enquêtes soient organisées afin que les juges qui se sont compromis, soient sanctionnés ».

La décision de soumettre à une Chambre spéciale les requêtes introduites dans l’affaire de l’invalidation des députés, a été prise par Benoît Lwamba (photo PR), président de la Cour constitutionnelle après son entrevue avec une délégation de la coalition Lamuka (Opposition).

Pour mieux comprendre le retard pris dans le traitement du contentieux électoral, le président de la Cour constitutionnelle a été reçu ce lundi par le Chef de l’État.

.

Éric Lukoki

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.