Now Reading:
Appel à l’aide de l’orphelin Mike, drepanocytaire et cardiaque
Full Article 3 minutes read

Appel à l’aide de l’orphelin Mike, drepanocytaire et cardiaque

Mike est drepanocytaire. Il doit aussi affronter ses problèmes cardiaques qui menacent d’avantage sa vie. Pour avoir la chance de survivre, il doit aller se faire soigner en dehors du pays, lui a dit le médecin directeur de l’hôpital Mabanga, dans le quartier Yolo, commune de Kalamu.

« Je suis anémique et je suis né comme ça. Je souffre de la maladie du cœur. C’est depuis ma naissance que cela a commencé. C’est à l’hôpital de Mabanga que le docteur m’avait dit que je dois être soigné ailleurs »
, explique-t-il.

Au Au-delà de sa maladie, Mike est aussi une victime de la mort. Orphelin de père et de mère, c’est depuis 2016 qu’il a perdu ses 2 parents. Et depuis, sa situation s’est totalement compliquée.

« Papa est mort. Il avait fait un accident de circulation depuis 2016. Et maman se souciait beaucoup de lui et elle est déjà morte aussi. Je suis chez un frère du quartier qui me prend pour son domestique. Il m’envoie et c’est à moi de nettoyer ses vêtements »
, dit-il.

Sans argent ni soutien, Mike Kambilo, ne sait à quel saint se vouer et s’en remet à la générosité des cœurs sensibles.

« Le médecin directeur de l’hôpital Mabanga m’avait dit que pour qu’il signe une lettre pour m’autoriser à sortir pour ces soins, il faut 350$ si ce document doit être paraphé par trois médecins, 200$ si ce sont deux médecins qui le signent. C’est pour cela que je suis passé ici à TOP CONGO pour que les gens puissent m’aider à prendre le traitement
« , explique Mike.

Les bonnes oeuvres ne meurent jamais dit-on, aux personnes de bonne foi d’agir pour sauver une vie .

« Quand mes parents étaient en vie, je prenais de traitement. Mais depuis qu’ils sont morts, mon traitement s’est arrêté. Je souhaite que quelqu’un de bonne foi m’aide à avoir le traitement »
, conclut-il. 

Cest également depuis 2016 qu’il n’étudie plus suite au décès de ses parents. Il avait alors abandonné ses études de Latin philo (préfinaliste pour l’exétat). Pour survivre, il se rend habituellement dans de chantiers à travers la ville pour y ramasser des pierres qu’il s’efforce de casser et vendre, le sac étant fixé à 3000 FC (soit environ presque 2 USD).
Avec cet argent, Mike s’achète de vêtements et un peu de quoi mettre sous la dent.

Par Peggy L Wabeno

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Input your search keywords and press Enter.